Arrêt de la spéculation contre le rouble : objectif affiché du président russe

arret de la speculation contre le rouble

Depuis le début de l’année, le rouble, unité monétaire de la Russie, a perdu un quart de sa valeur face à l’euro, près du tiers face au dollar. Ceci serait dû à la crise ukrainienne et à la chute des cours du pétrole. Cette situation inquiète tant la population russe qui subit une baisse dans son pouvoir d’achat.

arret de la speculation contre le rouble
En revanche, le président russe Vladimir Poutine, lui il juge que ce plongeon du rouble n’équivaut absolument pas au plongeon de la situation économique du pays. Il croit plutôt à une prochaine stabilisation du rouble et est d’ailleurs convaincu de l’arrêt prochain de la spéculation contre le rouble. En effet, dans une intervention lors du sommet de l’Asie-Pacifique (Apec) à Pékin, il a déclaré qu’étant donné les actions entreprises par la banque centrale aux spéculateurs, les mouvements spéculatifs du taux de changes observés actuellement vont bientôt s’arrêter.

La banque centrale russe renonce à encadrer le rouble

Selon la constatation de la banque centrale russe, les événements en Ukraine et l’introduction de sanctions par certains pays contre l’économie russe ont considérablement dégradé les conditions de financement, fermant de fait les marchés de capitaux extérieurs au second semestre. La banque centrale russe estime également que le convertissement en dollars des dépôts des particuliers et entreprises serait la cause des fuites massives de capitaux. Ces fuites de capitaux atteindraient 128 milliards de dollars sur l’année, si le gouvernement n’en a prévu que 100 milliards.
La banque centrale russe a renoncé lundi à encadrer les fluctuations du rouble. Elle s’attend à trois ans de stagnation économique sur fond de tensions en Ukraine et de baisse des cours du pétrole, notamment +0,3% cette année, 0 en 2015 et +0,1% en 2016, avant un rebond de 1,6% en 2017. Ces chiffres s’appuient sur l’hypothèse d’un maintien des sanctions contre la Russie jusqu’à fin 2017 et d’un rebond modeste du cours du baril à 95 dollars l’an prochain, avant une nouvelle baisse.
Toutefois, la banque centrale avait déjà abandonné sa bande de fluctuation la semaine dernière et a annoncé qu’elle limiterait ses interventions quotidiennes à 350 millions de dollars, une décision qui a replongé la valeur du rouble. Suite à cela, la banque centrale a publié un communiqué dans lequel elle promettait d’augmenter ses interventions à tout moment et qu’elle punirait les spéculateurs si elle percevait une menace pour la stabilité financière.
Cette décision a permis au rouble de regagner plus de 2,7% face au dollar et 2,3% face à l’euro.

La dégradation de l’économie n’affecte pas la popularité des dirigeants

Mettant à terme les rumeurs qui avaient pesé sur le rouble en octobre, Vladimir Poutine a assuré qu’ils n’avaient pas l’intention d’introduire des limitations sur les mouvements de capitaux. Il a également annoncé que les autorités financières prenaient toutes les mesures nécessaires.
La chute de la monnaie russe favorise les rentrées budgétaires qui sont tirées en grande partie des exportations d’hydrocarbures vendues en devises. Cela ravive l’espoir des autorités russes de ce que l’industrie locale sera rendue plus compétitive.
Si la santé de l’économie se dégrade, la popularité des dirigeants du pays ne change pas : la majorité des Russes approuve l’action du président Vladimir Poutine. L’opinion publique pense même que ces difficultés économiques sont le fait des ennemis étrangers de la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *