Casque deux roues, normes et obligations

Casque deux roues, normes et obligations
(Dernière mise à jour : 3 octobre 2018)

Vous voulez faire une petite promenade, aller au travail, faire un voyage ou encore faire une petite escapade à moto ? Quoi de plus tentant, mais attention à ne pas subir un accident en route. Rouler moins vite, vérifier l’état de la moto, vérifier tous les accessoires sont de bons gestes à entreprendre avant de partir, mais lors d’une chute accidentelle, rien ne peut mieux vous protéger que le casque. C’est pourquoi le port de cet accessoire de sécurité est à privilégier. Voici quelques normes et obligations concernant le casque pour les véhicules à deux roues.

 

Le casque, obligatoire à moto

casque moto

Le port de casque lorsqu’on roule à motocyclette est obligatoire vu la vitesse de l’engin. Cela est d’ailleurs stipulé par l’article R431-1 du Code de la Route, entré en vigueur depuis le 28 juin 1973. D’autres obligations accompagnent cette règle à savoir :

  • Toujours porté un casque attaché
  • Toujours porté un casque homologué
  • Toujours porté un casque pourvu des dispositifs réfléchissants obligatoires sur ses quatre faces : devant, derrière, gauche et droite. Ces bandes peuvent être intégrées dans le design d’origine du casque, mais parfois, il suffit de les coller sur l’accessoire. Dans le cas où le modèle que vous avez acheté en est dépourvu, vous avez le droit d’exiger des stickers gratuits auprès du vendeur et même lui demander de les coller lui-même. Enfin, il convient de préciser que cette obligation est seulement valable en France. La norme ECE 22-04 donne d’ailleurs plus de précisions quant à leur emplacement, leur taille, leur forme, leur couleur, …

Le non-respect de l’une de ces trois obligations expose le conducteur à un retrait de 3 points sur son permis ainsi qu’à une amende pouvant aller de 90 à 375 €. En ce qui concerne le non-port de casque, les sanctions sont plus sévères : une amende pouvant atteindre les 135 €, un retrait de 3 points sur le permis, une réduction de l’indemnisation de l’assurance en cas d’accident sans casque et une immobilisation de l’engin.

Par ailleurs, aussi bien le conducteur que le passager sont soumis à ces obligations.

Normes pour les casques de moto

Le casque de moto, étant un équipement de protection, doit répondre à des normes strictes. Voici ce qu’il faut retenir :

Les éléments qui composent le casque :

Les normes pour le casque de moto

Un casque de sécurité pour rouler à moto doit se composer des éléments suivants :

  • Trois couches allant de la mousse interne à la calotte interne puis à la calotte externe
  • Des équipements utiles : extracteur d’air et aération frontale, platine d’écran et joint d’écran, cache-nez, mentonnière, aération au niveau de la bouche, bavette, système d’accroche et jugulaire

La norme ECE 22-05 :

Le casque de moto doit respecter la norme ECE 22-05 reconnue à l’internationale depuis 2002, Cette norme a été établie après une montagne de tests et de contrôles concernant :

  • son amortissement aux chocs notamment au niveau de la boîte crânienne, du front, de la nuque, des oreilles et du menton
  • son angle de vision
  • sa résistance aux frottements
  • sa stabilité dimensionnelle : la déformation qu’un casque peut subir suite à un choc ne doit pas dépasser les 15 mm
  • son écran : sont évalués sa résistance à la perforation, sa transparence pour savoir s’il laisse passer assez de lumière et ses particularités anti-rayures

Lire aussi – Le casque à vélo : ce qu’il faut savoir

Les étiquettes d’homologation :

L'étiquette d'homologation sur le casque de moto

Il y a plusieurs types d’homologations qui dépendent du type de casque et des résultats obtenus après différents tests. Parmi elles, on peut citer :

  • l’étiquette verte située à l’intérieur du casque prouve que celui-ci répond à la norme française NF S 72.305. Il est donc homologué et a été testé par un laboratoire reconnu. Toutefois, cette homologation n’est plus utilisée depuis les années 2000. Il est néanmoins possible de retrouver l’étiquette sur des casques d’occasion, mais le port de ces derniers reste déconseillé pour une question de sécurité
  • le règlement européen « E+ numéro du pays où l’on a reçu une homologation » : celui-ci doit être indiqué sur une étiquette blanche cousue sur le casque (E1 pour l’Allemagne, E2 pour la France, …)

Les étiquettes doivent être cousues à l’intérieur de votre casque et ne doivent être retirées, car prouvent bien que l’accessoire est homologué. Globalement, l’homologation signifie que l’équipement absorbe bien les chocs, évite le déchaussement, assure la rétention de la jugulaire, …

Les tests effectués dans le cadre de l’homologation E :

Des tests ont été réalisés pour obtenir l’homologation E. Chaque test est indiqué sur l’étiquette par une lettre. En ce qui concerne le niveau de protection de la mâchoire proposé par l’équipement, les lettres peuvent être :

  • « J » : cette lettre se réfère aux casques de type jet ou demi-jet et donc dépourvus de protection maxillaire
  • « P » : il concerne les casques intégraux qui intègrent une protection maxillaire
  • « NP » : il se réfère aux casques modulables qui ne respectent pas les exigences des tests de protection de la mâchoire
  • « J/P » : il se réfère aux casques homologués à la fois comme étant intégraux et jet

Le test S.H.A.R.P.

Il existe également un autre type de test qui est en vigueur au Royaume Uni et que l’on appelle « test SHARP » (Safety Helmet Assessment and Rating Program). Celui-ci réalise des tests complets sur le matériel et le note ensuite par des étoiles (1 à 5 étoiles) en fonction des résultats obtenus. Ce classement est considéré comme étant plus fiable que la norme ECE 22-05, car ici, les tests sont notés de manière précise et non de manière ambigüe comme avec les lettres « P » et « NP » établis par la norme ECE 22-05.

Rating: 4.5/5. From 2 votes.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *