Comment financer moins cher un achat immobilier ?

Lorsqu’on prend un crédit immobilier, pour la plupart des cas, c’est que le souscripteur se trouve à dépenser plus que le prix d’achat du bien. Avant de signer le contrat de prêt, il faut penser à tous les détails et essayer de diminuer le coût pour ne pas être endetté. Il existe plusieurs solutions pour financer moins cher cette acquisition immobilière.

Le moment idéal pour réaliser son projet

Même si les institutions financières et les établissements bancaires ont fixé à 18 ans l’âge minimum légal pour la souscription à un prêt immobilier, ils n’acceptent pas systématiquement les demandes. Il y a des chances qu’ils acceptent votre demande, mais votre manque d’expérience professionnelle et votre apport personnel peuvent être des détails qui vont influencer le taux du crédit. Pour financer moins cher votre achat immobilier, il faut bien choisir le moment pour la réalisation du projet.

Le banquier considère qu’un souscripteur âgé entre 25 et 45 ans a assez d’épargne qui va servir d’apport personnel et a une situation financière plus ou moins stable. Si à 25 ans, vous lui soumettez votre demande de prêt avec un contrat de travail CDI, il n’y a pas de raison particulière qui fait qu’il vous le refuse. En vous lançant dans ce projet à cet âge, vous pourrez profiter d’un prêt sur une durée maximale alors que vous êtes encore jeune. Vous aurez aussi le choix entre les différents prêts aidés comme le PTZ et les prêts conventionnés qui vont réduire considérablement le coût de ce financement.

Lire aussi – Crédit immobilier : pourquoi recourir à un courtier ?

Bien choisir le bien à acquérirBien choisir le bien à acquérir

 

Même si votre situation est stable et si d’après vos calculs votre banque devrait accepter votre demande de prêt, vous ne pouvez vous permettre aucune erreur sur le bien que vous allez acheter, car c’est là que vous allez passer vos 20 ou 30 prochaines années. Ce prêt vous sera une charge en plus si la maison ou l’appartement que vous avez acheté ne correspond pas à vos besoins réels. Vous devez également penser sur le long terme, car il se peut que d’ici cinq ou six ans, l’appartement deux pièces que vous avez ne vous corresponde plus, car vous n’allez plus être seul.

Toujours dans cette optique de financer moins cher l’acquisition, vous devez trancher si vous préférez prendre un bien neuf ou un bien ancien. En vous penchant sur l’achat d’un bien immobilier neuf, vous allez faire des économies sur les frais de notaire et vous avez la garantie d’avoir un logement respectant les normes environnementales en vigueur. En optant pour l’achat d’un immobilier ancien, vous devez penser à la rénovation. C’est sur ce point que vous devez vous concentrer, car les travaux de rénovation peuvent peser sur votre budget. S’ils n’entrent pas dans votre prêt, vous risquez de vous exposer à un surendettement. Faites bien le calcul de ces frais annexes et cachés ainsi que les coûts imprévus.

Lire aussi – Immobilier : que faire face à un refus de crédit ?

Voir les aides et les prêts pour votre acquisition

Toujours dans cette optique de financer moins cher son acquisition immobilière, vous pouvez aussi voir les prêts aidés que vous pourrez bénéficier et ce, avant d’aller chez votre banquier. Vous pouvez par exemple avoir le PEL ou le plan d’épargne logement qui va vous aider à rassembler assez d’économies pour acheter une maison ou un appartement sur quatre ans. Sur cette durée, les fonds seront bloqués et vous pourrez avoir un prêt à taux bonifié. Les primo-accédants pourront tenter de déposer un dossier pour avoir un PTZ ou un prêt à taux zéro qui peut financer une partie de votre projet immobilier.  Pour compléter votre budget, en plus du PTZ, vous pouvez demander l’APL ou l’aide personnalisée au logement. Il y a aussi le Prêt Accession Sociale ou le PAS qui est un crédit immobilier accordé par les établissements de crédit ayant passé une convention avec l’Etat pour offrir aux concernés un prêt à un taux plus avantageux. Parmi les aides pour la réalisation de ce projet immobilier, il y a aussi le prêt conventionné qui affiche un taux intéressant et la seule condition pour l’avoir est que vous habitiez dans la maison ou l’appartement acquis au moins une année après la signature du contrat d’achat.

A lire – Assurance du crédit immobilier : la renégociation désormais possible chaque année

Faire appel à un courtier en crédit immobilier

Ce professionnel va jouer l’intermédiaire entre l’emprunteur qui va devenir le futur propriétaire et le prêteur qui est l’organisme de crédit. Son client est l’emprunteur et son travail consiste à fluidifier et simplifier la souscription du crédit immobilier. Vous pouvez vous dire que vous pouvez vous charger de faire la comparaison des différentes offres proposées par les établissements de crédit et que le courtier va être un poste de dépense en plus dans ce projet. Ce n’est pas faux, mais le courtier en crédit immobilier va s’activer pour vous décrocher un prêt à taux moins élevé. Comme il est souvent en relation avec les banques et les institutions financières, il n’aura pas de grandes difficultés à négocier. Il ne va pas forcément agir sur le taux, mais il peut aussi tenter la négociation du côté de l’assurance-emprunteur.

En savoir plus – Est-il possible de renégocier son crédit ?

Prêt immobilier à taux fixe ou à taux révisable ?

Lorsque le banquier donne suite à votre demande, il peut vous proposer un crédit avec un taux fixe ou un taux révisable. Ce taux peut avoir un impact sur le coût de votre financement, mais vous devez faire votre choix en fonction de votre situation. En optant pour le crédit à taux fixe, vous n’aurez pas de mauvaises surprises sur le coût total du crédit, la durée de remboursement et le montant des échéances, car le taux restera le même de la signature du contrat jusqu’à la fin de l’emprunt. Pour le crédit à taux révisable, le taux peut monter ou descendre en fonction d’un indice de référence. En choisissant un prêt à taux révisable, vous aurez un taux de départ inférieur à celui qu’on peut avoir avec le crédit à taux fixe et par la suite, vous pourrez croiser les doigts pour que l’indice de référence baisse pour que vous aussi, vous pourrirez profiter d’un taux plus bas. On ne peut tout de même pas écarter la possibilité que le taux de référence monte et là, le taux de votre crédit va aussi augmenter. Si la durée de votre crédit est courte, prendre un prêt à taux variable peut être avantageux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com