Conduire un scooter : ce qu’il faut savoir

Conduire un scooter : ce qu’il faut savoir
(Last Updated On: 6 novembre 2018)

Afin d’échapper aux embouteillages quotidiens, vous pensez très sérieusement à troquer votre voiture par un scooter ? Ce n’est pas une mauvaise idée, mais un projet qui mérite tout de même réflexion. En effet, comme la voiture, la conduite d’un scooter est soumise à différentes réglementations qu’il vous faut connaître avant de vous lancer. Voici les points à éclaircir avant de mettre votre plan à exécution.

Quel type de scooter conduire ?

D’une vue globale, le scooter est un véhicule motorisé pouvant être équipé de deux ou trois roues. Il en existe de nombreux modèles qui varient surtout au niveau de leur cylindrée. Il est d’ailleurs bon de savoir que :

  • jusqu’à une cylindrée de 50 cm3, le scooter est considéré comme un cyclomoteur
  • au-delà de 50 cm3, on parle plutôt de motocyclette
  • au-delà de 250 cm3, on ne parle plus de scooter, mais de maxi-scooter

La réglementation varie en fonction de la cylindrée du véhicule.

Quel permis pour quel scooter ?

Conduire un scooter

La conduite d’un scooter nécessite le port de permis. En règle générale, le permis A, c’est-à-dire le permis moto, est le plus recommandé, mais dans certains cas, d’autres formules peuvent suffire. Ainsi :

  • pour un scooter de moins de 50 cm3, la détention d’un permis n’est pas nécessaire et d’ailleurs, ces modèles peuvent être conduits par une personne de 14 ans et plus. Toutefois, si le conducteur est né après le 31 décembre 1987, il devra avoir un Brevet de Sécurité Routière (BSR) à défaut de permis
  • pour un scooter 50 cm3, l’âge minimal requis pour sa conduite est de 16 ans et la détention de permis n’est pas obligatoire pour les personnes nées avant le 31 décembre 1987. Après cette date, le BSR est obligatoire
  • pour un scooter 125, c’est-à-dire un scooter dont la cylindrée est inférieure à 125 cm3 ce qui est le cas du 100 cm3 et du 110 cm3, le permis A1 est obligatoire pour les 16 ans et le permis A pour les 18 ans et plus. Pour les plus de 18 ans, le permis B peut être valable si le conducteur l’a depuis plus de deux ans et s’il peut justifier la conduite d’un tel scooter sur les cinq dernières années. Si cette justification n’est pas possible, il devra passer un stage de formation de sept heures
  • pour les maxi-scooters, soit les modèles de plus de 125 cm3, le port du permis A est obligatoire et doit être passé à 18 ans. Si le conducteur a moins de 20 ans, le véhicule ne devra pas dépasser les 34 chevaux pendant les deux ans après obtention du permis
  • pour un scooter électrique, tous les modèles dont la puissance est inférieure à 4 000 W sont soumis aux mêmes règles que les 50 cm3 et au-delà de 4 000 W, ce sont les règles des 125 qui s’appliquent

Pour information, le BSR est encore valable jusqu’à aujourd’hui même si depuis le 19 janvier 2013, il a été remplacé par le permis AM.

Quel scooter pour quels besoins ?

Le choix du scooter doit également être déterminé en fonction de vos besoins personnels. Dans le cas où il vous servira à parcourir de petits trajets et que vous ne comptez pas rouler au-delà de 45 km/h, un modèle de 50 cm3 peut vous suffire.

Par contre, si vous trouvez cette vitesse trop limitée surtout qu’à 45 km/h, vous pouvez aussi opter pour un speed bike, vous devriez opter pour un 100 cm3, un 110 cm3 ou un 125 cm3. Si vous avez de la chance, vous pourrez trouver, dans l’occasion, un 80 cm3, mais ces modèles se font aujourd’hui très rares.

Et toujours en termes de besoin, il faut savoir que les scooters sont également classifiés en :

  • modèle urbain, modèle sport et modèle GT
  • « grandes roues » et « autres » : le scooter est qualifié de « grandes roues » dès que ses jantes sont supérieures à 15 pouces et la catégorie « autres » regroupent les jantes de 10 à 15 pouces. Les « grandes roues » sont aujourd’hui appréciés pour leur grande stabilité sur la route et leur confort plus élevé, mais ils sont toutefois dotés d’un coffre plus petit donc n’oubliez pas ce détail si vous êtes du genre à transporter beaucoup de choses

En savoir plus sur les scooters ici.

Quels sont les documents obligatoires pour conduire un scooter ?

scooter

Pour conduire un scooter dans le respect de la loi, le conducteur doit pouvoir présenter, en cas de contrôle :

  • Son permis ou son BSR
  • Son certificat d’assurance lequel doit d’ailleurs être apposé sur le véhicule : ce document doit mentionner le nom de la compagnie d’assurance, le numéro du moteur du scooter et le numéro qui permet d’identification de l’assuré auprès de son assureur
  • Une attestation d’assurance qui prouve que le conducteur a respecté l’obligation d’assurance exigée pour la conduite de scooter
  • L’immatriculation du véhicule dont le certificat d’immatriculation et le numéro d’immatriculation
  • La carte grise du véhicule

Comment conduire un scooter en toute sécurité ?

Pour conduire un scooter en toute sécurité, le conducteur doit maîtriser le fonctionnement de son véhicule, doit respecter les consignes de circulation et doit toujours faire preuve de vigilance surtout dans des conditions climatiques difficiles.

En ce qui concerne le fonctionnement du scooter, le conducteur doit savoir :

  • Démarrer son scooter : d’abord serrer l’un des deux freins puis enclencher le démarreur électrique sans relâcher le frein jusqu’à ce que vous décidiez d’avancer. Petits conseils : pensez à garer votre scooter dans un endroit où vous n’aurez pas à faire la marche arrière, car les scooters sont dépourvus de cette fonctionnalité et surtout, assurez-vous d’avoir une batterie pleine avant de sortir au risque de tomber en panne en pleine circulation
  • Manier les freins : l’usage de freins est indispensable pour arrêter le véhicule parce que contrairement à la voiture, ce n’est pas parce que vous n’accélérez plus que le scooter va s’arrêter ou ralentir. En règle générale, le frein de droite agit sur la roue avant et le frein de gauche sur la roue arrière, mais renseignez-vous tout de même à ce sujet
  • Annoncer le changement de direction en se décalant sur le côté vers lequel on va tourner et en enclenchant le clignotant qui y correspond. Une fois ces deux étapes accomplies, vous pourrez alors ralentir pour pouvoir tourner en toute sécurité. Pendant toute cette procédure, surveillez toujours vos rétroviseurs pour être sûrs qu’aucun autre véhicule ne risque d’entrer en collision avec vous
  • S’arrêter : un arrêt brutal est déconseillé, car vous devez toujours annoncer votre intention d’arrêt aux autres usagers de la route en lançant quelques coups de freins pour allumer les feux stop. Avant de vous arrêter définitivement, regardez dans vos rétroviseurs pour voir si les autres véhicules ont bien compris votre intention

En ce qui concerne la circulation, le conducteur de scooter doit toujours garder en tête qu’il n’est pas seul sur la route, mais au milieu d’autres véhicules pouvant représenter un danger potentiel. Pour écarter tous les risques, il devra alors savoir se fondre dans la circulation toujours avec prudence. Pour ce faire, il lui est conseillé de :

  • Rester bien visible des autres conducteurs en évitant les changements de direction trop rapides ou trop brutaux
  • Savoir anticiper, mais seulement si vous êtes sûr de bien maîtriser votre véhicule
  • Savoir rouler au milieu des autres véhicules en restant à un bon écart des autres, en roulant au milieu de la voie et en annonçant toujours vos intentions de manœuvres
  • Bien maîtriser les changements de vitesse, car le scooter accélère plus vite d’une voiture ce qui peut être dangereux
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *