Tout savoir sur l’assurance jet-ski

Lorsque les beaux jours arrivent, le jet-ski est une des activités très appréciées par ceux qui habitent en bord de mer. Ses pratiquants la décrivent comme une activité promettant la vitesse et les sensations fortes. Vous l’avez compris : le scooter des mers, même si sa pratique est encadrée présente quelques dangers. On ne pourra pas non plus écarter les propriétaires qui se plaignent de vol chaque année. C’est pour cette raison qu’il serait plus judicieux de prendre une assurance pour son jet-ski. Nous allons faire un point sur cette police d’assurance dans ce dossier.

Est-ce obligatoire ?

Pour les véhicules terrestres à moteur, l’assurance est obligatoire, mais ce n’est pas le cas du jet-ski. Elle reste non obligatoire qu’elle soit sur l’eau, transportée ou dans votre garage. Vous avez donc le choix de ne pas assurer votre scooter des mers. Ceci dit qu’en cas de dommages causés ou subis, vous serez obligé de payer ceux-ci de votre propre portefeuille. Imaginez tout simplement que lors d’une collision, les dommages matériels peuvent être importants. Le prix d’une moto marine peut aller jusqu’à plus de 13 000 euros.

Même si l’assurance jet-ski n’est pas obligatoire, elle est fortement recommandée, peu importe votre expérience en tant que pilote et la puissance de l’engin. C’est pour profiter pleinement de l’activité que les passionnés choisissent d’assurer leur scooter des mers.

Si vous êtes aussi un passionné de drones de loisirs, voici ce que vous devez savoir sur l’assurance ces petits appareils.

La conduite du jet-ski

Si vous voyez les pratiquants très à l’aise lors de la conduite, il ne faut pas croire que celle-ci n’est pas si intuitive. Pour conduire un jet-ski, un permis spécifique est requis dès que sa puissance dépasse les 6 CV. Dans cette collection d’engins, on a les jet-skis à selle et les jet-skis à bras. Pour la plupart, la puissance va au-delà de 6 CV, ce qui vous obligera à suivre une formation et à passer par la suite un permis. Lorsqu’on parle de permis pour jet-ski, il peut s’agir du permis côtier qui vous permettra d’aller en mer jusqu’à deux miles de la côte avec un jet-ski à selle et jusqu’à un mile avec un jet-ski à bras. Il y a aussi le permis fluvial qui est réservé pour la navigation dans les eaux intérieures.

assurer son jet ski

Pour passer ce permis, comme pour être au guidon du scooter des mers, il faut être âgé d’au moins 16 ans. Une fois que vous avez votre permis, vous devez également vous plier à la réglementation liée à la navigation maritime et fluviale. Il faudra par exemple toujours porter un gilet de sauvetage et respecter les limitations de vitesse.

Vous pouvez constater lors des vacances, de nombreux touristes s’adonner à cette activité et vous vous doutez qu’ils aient vraiment un permis spécifique. En effet, dans le cadre d’une découverte, ce qui est le cas des vacanciers, la pratique du jet-ski sans permis est autorisée sous condition d’être sous la responsabilité et la surveillance d’un moniteur agréé ou d’un professionnel reconnu par l’Etat.

Dossier – L’assurance de vos activités sportives

La souscription à une assurance

Si vous avez une moto marine, il serait judicieux de l’assurer. Toutes les compagnies ne proposent pas ce type d’assurance, mais vous n’aurez pas de grandes difficultés à en trouver. Pour la souscription, l’assureur exigera une copie de votre permis côtier ou fluvial. Ce document ne sera pas exigé si votre jet-ski fait moins de 6 CV. Vous avez donc compris qu’une compagnie d’assurance peut proposer une police d’assurance pour les conducteurs avec et sans permis. Dans les deux cas, la loi n’impose pas de garantie minimale. Vous êtes libre de choisir les garanties qui vous conviennent, mais il serait judicieux d’avoir une responsabilité civile, une protection juridique, une garantie dommages, une garantie vol et incendie ainsi qu’une garantie couvant les frais de retirement et de sauvetage.

Découvrir également – Que faire en cas de litige avec l’assureur ?

Comprendre les différentes garanties

Pour vous décider sur ce contrat d’assurance jet-ski, il faudrait comprendre les différentes garanties proposées par la compagnie d’assurance. Vous n’êtes pas toujours obligé de prendre une police multirisques et même si vous la choisissez, il faut bien distinguer les différentes garanties incluses.

assurance jet ski

La responsabilité civile est la garantie classique qu’on retrouve dans la plupart des contrats d’assurance. Vous avez compris qu’elle va vous offrir une couverture des dommages que vous pourriez causer à une autre personne ou à un autre engin. A celle-ci, peut être associée la protection juridique. La compagnie d’assurance peut vous proposer la garantie frais de sauvetage et de recherche qui va couvrir les frais liés au sauvetage et aux recherches si vous avez un accident ou si vous disparaissez en mer. Dans votre contrat, vérifiez bien cette garantie qu’elle n’inclut pas toujours les frais de retirement, autrement dit les charges de récupération en cas de naufrage. Pour ceux-ci, on peut vous proposer la garantie « frais de retirement ».

Parmi les garanties d’une assurance jet-ski, on peut aussi avoir la garantie individuelle accident qui va prendre en charge vos frais d’hospitalisation et de soins en cas d’accident. C’est la garantie dommages qu’il faudra faire jouer pour couvrir les frais de réparations de votre moto marine en cas de sinistre. Il serait également judicieux d’avoir une garantie vol et incendie pour avoir une couverture lorsque votre engin est hors de l’eau. Pour avoir une couverture optimale, lorsque le scooter des mers n’est pas en mer, pensez à prendre une garantie « déplacements terrestres » et une garantie « dommages aux objets transportés ».

Lire aussi – Régler les frais médicaux à l’aide d’un prêt urgent

Une assurance annuelle ou saisonnière ?

La compagnie d’assurance peut aussi vous proposer deux types de contrats si on se réfère à la durée de validité. Il y a le contrat annuel qui va vous permettre d’avoir une couverture toute l’année et ce, même si vous n’allez pas en mer. Il est intéressant, car si un vol ou un incendie se produit lorsque vous n’êtes pas en mer, l’assureur vous versera une indemnisation. Le souci de cette assurance annuelle réside dans son coût. Si vous n’avez pas les moyens pour vous payer une police d’assurance annuelle, prenez un contrat saisonnier. Vous aurez ainsi une couverture de quelques semaines, voire quelques mois par an. Pour ce type de contrat, il faudra faire la souscription au bon moment tout en prenant compte des délais de carence. Il faut comprendre qu’entre la souscription et la mise en application des garanties, il y a le délai de carence, un délai pendant laquelle vous ne serez pas couvert.

Découvrir aussi – La coassurance, ça vous dit quelque chose ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com