Visa Schengen : tout savoir sur ce visa

Le visa Schengen est le plus sollicité par les voyageurs pour séjourner en Europe. Quel que soit le motif de la visite, cette autorisation de circuler librement à travers les pays de l’Union Européenne peut être attribuée à tous ceux qui le demandent, sous quelques conditions. Voici ce qu’il faut savoir sur ce visa.

Qu’est-ce que le visa Schengen ?

Il s’agit d’un visa court séjour qui autorise une personne à séjourner dans l’espace Schengen pendant une durée maximale de 90 jours. Durant ce délai, le titulaire du visa peut librement circuler au sein dudit espace Schengen. Si le séjour doit durer plus de 90 jours, le visa Schengen n’est pas celui qu’il vous faut.

Cette zone regroupe 26 pays, majoritairement européens, ayant signé l’accord de Schengen. 22 pays sont membres de l’UE à savoir l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche, la Grèce, le Danemark, la Hongrie, la Suède, l’Espagne, l’Estonie, le Luxembourg, la France, la Hollande, l’Italie, la République tchèque, Malte, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, le Portugal, la Slovénie, la Slovaquie et la Finlande. A ces derniers s’ajoutent quatre pays non membres de l’UE à savoir la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Le titulaire du visa est autorisé à aller de pays en pays sans avoir à entreprendre d’autres formalités avant de passer les frontières. Notez qu’il s’agit aujourd’hui de la plus grande zone au monde au sein duquel on peut circuler librement. L’ensemble de la zone couvre un peu plus de 4,3 millions de km².

Important :

Même si la France est signataire de l’accord, le visa Schengen ne vous autorise pas à séjourner dans :

  • les départements français d’outre-mer : La Réunion, la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe
  • les territoires français d’outre-mer : Saint-Barthélemy, la Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie
  • les terres australes et antarctiques françaises.

Il en va de même pour les Etats autonomes du Royaume des Pays-Bas qui se situent dans les Caraïbes (Saint-Martin, Curaçao et Aruba).

Dans tous les cas, n’oubliez pas votre passe sanitaire pour voyager en Europe.

Qui doit demander un visa Schengen ?

Qui doit demander un visa Schengen ?

Tous les voyageurs issus de pays non signataires de l’accord de Schengen doivent demander le visa avant d’y séjourner. Une fois accordé, il est possible qu’on leur demande de présenter leur passeport à chaque frontière, mais cela n’est pas systématique. Les autorités se réservent le droit de faire un contrôle à tout moment.

Les habitants des pays membres, quant à eux, n’ont plus à en faire la demande. Ils n’ont pas à présenter de passeport non plus une fois aux frontières puisqu’une pièce d’identité suffit.

Avant de vous envoler pour l’Europe, informez-vous auprès de l’ambassade ou du consulat du pays de départ pour savoir si le visa Schengen est obligatoire ou non.

Lire aussi :

Quand faut-il demander un visa Schengen ?

Le motif du séjour peut varier d’un voyageur à l’autre, mais tant que vous projetez de passer quelque temps dans un ou plusieurs pays de l’espace Schengen, vous devez demander le visa. Les motifs régulièrement évoqués sont :

  • Un séjour professionnel
  • Le tourisme
  • Des raisons médicales
  • La visite de la famille ou d’amis
  • Une visite officielle
  • Un transit aéroportuaire et maritime
  • Des évènements sportifs et/ou culturels
  • Etudes et/ou recherches durant un court séjour

Selon les cas, il est possible d’attribuer un visa à entrée simple, à deux entrées ou à entrées multiples à un voyageur. Certains grands voyageurs peuvent demander un visa valable jusqu’à cinq ans. Il faudra seulement respecter une condition : ne pas passer plus de 90 jours au sein de l’espace Schengen sur la période des 180 jours précédents.

Quels sont les différents types de visa Schengen ?

Quels sont les différents types de visa Schengen ?

Il existe effectivement différents types de visa Schengen à savoir :

Le visa court séjour ou visa Schengen type C

C’est l’autorisation à demander si voulez faire du tourisme, rendre visite à la famille ou effectuer un court séjour professionnel au sein de la zone Schengen. Sa durée de validité est de 90 jours par période de six mois. Lorsqu’on vous l’attribue, une vignette adhésive est apposée sur votre passeport.

Durant le séjour, vous pouvez effectuer une activité rémunérée, mais dans ce cas-là, il faut demander une autorisation provisoire de travail.

Le visa de type C peut être :

  • à entrée simple : vous entrez dans l’espace Schengen une seule fois et vous pouvez décider ou non d’épuiser, durant cet unique séjour, votre quota de 90 jours.
  • à entrées multiples : dans ce cas-ci, on parle souvent de « visa de circulation ». Sa validité oscille entre six mois à cinq ans, mais la durée effective du séjour au sein de la zone Schengen ne doit pas dépasser les 90 jours par tranche de six mois. Dans la pratique, vous pouvez entrer une première fois au sein de l’espace pour y séjourner quelques jours ou quelques semaines sans épuiser votre quota de 90 jours. Vous rentrez ensuite dans votre pays d’origine puis revenez une seconde fois au sein de la zone pour un autre court séjour. Si le quota n’est toujours pas épuisé, vous pouvez revenir une troisième, une quatrième … fois. Notez seulement que vos allers-retours doivent se faire durant une période de 180 jours. Cette période court depuis votre première entrée jusqu’à votre dernier séjour. Si le visa est valide pour plus de six mois, vous pouvez revenir six mois après votre première entrée pour entamer une seconde tranche d’allers-retours pour les 180 jours à venir.

Notez que ce visa peut être octroyé pour un court séjour devant conduire, ultérieurement, à une demande de carte de séjour. C’est notamment le cas lorsqu’un étudiant doit passer un concours d’entrée dans une université française et qu’il doit, pour cela, séjourner quelques temps sur le territoire en attendant les résultats de l’examen. Dans ce cas-ci, on parle de visa « étudiant-concours ». Si les résultats affichent qu’il est admis, l’étudiant peut entamer la procédure de demande de carte de séjour directement sur place au lieu de retourner dans son pays d’origine pour le faire.

Le visa l’autorise alors à rester au sein de l’escape Schengen en toute régularité durant la période qui s’écoule entre le concours et l’obtention de la carte de séjour.

Le visa de transit aéroportuaire (VTA) ou visa Schengen type A

Ce visa est attribué lorsque vous devez prendre un vol de correspondance dans un aéroport d’un pays membre de l’espace Schengen et donc franchir la zone internationale de transit dans le cadre d’une escale internationale. Il n’est valable que pour un transit dont la durée est de moins d’une journée.

Attention, avec un visa de type A, vous ne pouvez pas pénétrer au sein de l’espace Schengen. De ce fait, vous devez rester dans l’aéroport de transit pour repartir aussitôt. Vous n’êtes pas non plus autorisé à y passer la nuit.

Le visa de transit non aéroportuaire

Il est très proche du VTA, mais un point l’en diffère. Avec ce visa de transit, vous êtes autorisé à sortir de la zone internationale de l’aéroport d’atterrissage pour aller attraper le vol de correspondance dans un autre aéroport de l’espace Schengen afin d’arriver à votre destination finale.

Dans ce contexte, il s’agit toujours d’un simple transit dans le cadre d’une escale internationale, mais au lieu d’être limité à l’aéroport d’atterrissage, vous pouvez transiter provisoirement à travers l’espace Schengen pour attraper l’autre vol.

Le visa à validité territoriale limitée (VTL)

Ce visa ne vous autorise pas à accéder à l’ensemble de l’espace Schengen. Vous ne pouvez séjourner que dans un ou quelques pays de la zone.

Le visa long séjour ou visa Schengen type D

Dès lors que le séjour dans l’espace Schengen doit durer plus de 90 jours, il faut demander un visa de type D. La durée de validité est toutefois limitée à un an. Cette autorisation de séjour peut être demandée pour raison professionnelle, pour les études, pour un séjour touristique, pour une formation ou un stage, pour des raisons familiales et pour un séjour privé.

Comment obtenir un visa Schengen ?

Avant toute chose, vous devez établir un itinéraire de votre voyage et déterminer combien de jours vous comptez rester au sein de la zone Schengen. Déterminez ensuite les pays que vous souhaitez visiter, le pays d’entrée et le pays de sortie. Il est aussi important de savoir dans quel pays vous allez rester le plus longtemps pour savoir auprès de quelle ambassade il faut s’adresser pour demander le visa.

Si durant le séjour, vous comptez rester 40 jours en France, 10 jours en Allemagne, 20 jours en Italie et 20 jours en Norvège, il est plus logique que vous entamiez la démarche auprès de l’ambassade de France de votre pays.

La procédure de demande peut varier en fonction des ambassades et des consulats. Il est conseillé de se renseigner au préalable auprès de ces autorités pour connaître les documents à présenter et la démarche à suivre. Dans la majorité des cas, il est impératif de prendre rendez-vous auprès du service des visas.

Parmi les pièces justificatives souvent demandées, il y a la photo d’identité et le passeport qui doit être valide de plus de trois mois par rapport à la date de visa demandé. Selon les raisons du séjour, on vous demandera aussi de présenter :

  • la lettre ou la carte d’invitation de votre hôte dans le cas d’une visite familiale
  • la réservation d’hôtel dans le cadre d’un séjour touristique
  • une lettre attestant votre rendez-vous chez le médecin ou le spécialiste dans le cas d’un séjour médical
  • le certificat d’inscription auprès d’une université, d’une école supérieure d’enseignement ou d’un organisme de formation si vous devez étudier ou suivre une formation
  • les invitations aux réunions, aux conférences, aux colloques, aux salons dans le cadre d’un voyage d’affaires

Vous aurez aussi à présenter une attestation d’accueil relatif à votre hébergement et justifier de moyens de subsistance suffisants durant votre séjour. On peut alors vous demander un solde de votre compte bancaire, une attestation de salaire délivrée par votre employeur, vos trois derniers bulletins de paie …

Un justificatif d’assurance qui couvre toute la durée de votre séjour vous sera aussi demandé. Il s’agit d’une assurance voyage qui doit comprendre différentes garanties ainsi que l’assistance. La couverture minimale exigée s’élève à au moins 30 000 euros, car c’est la somme nécessaire en cas de soins ou de rapatriement. L’assurance visa Schengen est obligatoire quel que soit le motif de votre séjour.

Lire aussi – Carte Visa Premier : quel niveau d’assurance offre-t-elle ?

Combien coûte un visa Schengen ?

En moyenne, il fait débourser 80 euros par adulte pour obtenir le visa Schengen. Toutefois, d’autres facteurs peuvent justifier des frais plus élevés ou, au contraire, l’absence totale de frais à payer. Renseignez-vous auprès de l’ambassade choisie pour entreprendre la démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com