Assurance : les médiations se multiplient

Assurance : les médiations se multiplient

Rien que pour l’année 2016, le médiateur de l’assurance a enregistré près de 15 000 demandes pour régler des litiges entre assureurs et assurés. Les principales sources de problèmes sont l’assurance auto, l’assurance habitation et l’assurance emprunteur. Le recours à cet organisme permet de trouver des solutions qui satisfont les deux partis sans devoir aller devant les tribunaux.

Une hausse de 53 %

Comparé à l’année 2015, le nombre de demandes de médiation déposées a atteint les 14 803 en 2016 ce qui équivaut à une hausse de 53 %.

Il faut savoir que ce service de médiation est unique en France et n’a été instauré qu’en septembre 2015. Il semblerait donc qu’il n’a pas eu le temps de chômer puisque sitôt mis en place, ses solliciteurs sont plus que nombreux.

Les principaux litiges concernés

Les raisons principales des demandes sont :

  • le refus d’indemnisation qui s’élève à 31 %
  • la demande de résiliation de contrat non obtenu à raison de 15 %

Sur le total des litiges, les assurances multirisques habitation sont les principales concernées avec un taux de 56 %.

Elles sont suivies de près par l’assurance de personnes qui atteint les 44 %. Dans ce domaine, l’assurance-vie couvre les 23 % des contestations émises.

L’assurance automobile couvre, quant à elle, 37 % des problèmes enregistrés. Le plus souvent, c’est l’évaluation des responsabilités et des dommages qui pose problème.

Et pour ce qui est des contrats habitation, c’est l’étendue des garanties qui est souvent source de malentendu.

Pour les assurances santé, les réclamations s’élèvent à 19 %.

Assurance : les médiations se multiplient

La clause bénéficiaire

Afin de réduire le nombre de contestations, le médiateur recommande aux assurés de bien lire la clause bénéficiaire pour éviter que le contrat ne tombe en déshérence auquel cas ils venaient à mourir. En effet, sur les contestations enregistrées, certaines concernent une épargne non versée faute de pouvoir identifier qui sont les bénéficiaires.

Les assurances emprunteur et la limite d’âge

Les assurances emprunteur couvrent 24 % des contestations. Ces formules sont rattachées aux crédits immobiliers et aux crédits à la consommation. Dans la majorité des cas, les réclamations sont liées à la fameuse limite d’âge des garanties qui l’accompagnent. En effet, arrivé à un certain âge, les garanties cessent de couvrir l’emprunteur sans que le montant de ses cotisations diminue. La plupart des emprunteurs ne comprenant pas pourquoi, dépose un recours auprès du médiateur.

Ce dernier tient toutefois à souligner que selon le principe de la mutualisation du risque et du calcul du montant de la cotisation dès le départ, le diminuer s’avère impossible. Il invite d’ailleurs les assureurs à fournir des explications plus claires à leurs clients dès le début afin d’éviter toute forme de litige. Ils pourraient, par exemple, leur rappeler les modalités de résiliation du contrat ou même leur donner une petite pédagogie sur ce que la conduite en état d’ébriété pourrait entraîner.

Le médiateur écouté ?

Oui, ses avis sont respectés par 99 % des assureurs.

Sur les réclamations enregistrées en 2016, les 28 % ont donné raison aux assurés. Dans tous les cas, chaque dossier est précautionneusement traité et la plupart d’entre eux se résolvent avant même que le médiateur émette son avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *