Assurance-vie : le retrait d’argent est possible

Billets euros
(Dernière mise à jour : 22 septembre 2015)


L’assurance-vie est une épargne à long terme qui n’est pas du tout bloquée. En effet, le retrait d’argent sur la somme mise de côté est possible à tout moment et ce, même si vous souhaitez retirer tout le pécule investi. Les experts recommandent toutefois d’attendre huit ans de placement avant d’effectuer un retrait puisque cela peut changer les termes de votre contrat.


Un retrait isolé

Lorsque l’assuré souhaite retirer de l’argent sur son assurance-vie, l’assureur ne peut pas s‘y opposer. Ce retrait isolé est aussi appelé « rachat ». Même s’il est possible de retirer entièrement l’argent investi, certains contrats peuvent vous contraindre à laisser sur votre assurance-vie une somme minimum. Aussi, ce rachat ne nécessite aucun motif.

Dans le cas où le titulaire souhaite retirer de l’argent pour financer des travaux, le retrait appelé « avance » est le plus recommandé puisqu’il s’agit d’un prêt garanti sur l’épargne. Il aura alors un caractère ponctuel contrairement au rachat qui a un caractère récurrent.

Pour le rachat régulier, les assureurs proposent souvent aux assurés d’établir un programme de rachat défini à l’avance. L’assuré peut demander à ce que le rachat régulier se poursuive jusqu’à épuisement de l’épargne ou à tout moment.

Sac d argent

Le retrait total

Même si tous les contrats d’assurance-vie proposent une date d’échéance, les assurés ne sont pas obligés d’attendre cette échéance pour retirer la totalité de son épargne. Bien évidemment, le retrait total mettra fin au contrat et aussi bien le capital que les intérêts engrangés durant la période de placement vous seront rendus.

Puisqu’il s’agit là d’une clôture anticipée du contrat d’assurance-vie, certains assureurs exigent le versement d’une pénalité dont le montant s’élève à 5 % de la valeur du contrat. Cette pénalité survient surtout lorsque le retrait total de l’épargne se fait moins de 10 ans après la date de signature du contrat. Pour éviter cette sanction, laisser un peu d’argent sur le contrat d’assurance-vie peut être plus avantageux.

La récupération de l’argent au terme du contrat

Nous sommes nombreux à penser que la somme amassée sur le contrat d’assurance-vie ne peut être retirée qu’après la mort de l’assuré et pourtant, même de son vivant, l’assuré peut réaliser le retrait. Il faut savoir que tous les contrats sont dotés d’une échéance et lorsque celle-ci est atteinte, la personne peut renouveler son contrat ou demander à ce que l’assureur lui restitue la somme épargnée. Attention, vérifiez bien les termes du contra, car certains assureurs peuvent y inscrire une tacite reconduction.

Au bout de l’échéance et si l’assuré demande la restitution de son fonds, les assureurs ont un mois après réception de la demande pour rendre la totalité de la somme épargnée. Cette somme se composera du capital et de la rente proposée par le contrat. Si ce mois est dépassé, les assureurs devront verser un taux d’intérêt en plus au bénéficiaire. Ce taux d’intérêt légal est fixé par la loi, mais ce qui est sûr c’est que les deux premiers mois, ce taux est majoré de moitié et sera multiplié par deux si le délai est dépassé.

En ce qui concerne le versement de la somme, elle peut être versée en une seule fois, mais certains contrats peuvent prévoir le paiement en rente viagère c’est-à-dire, un versement mensuel jusqu’au décès du bénéficiaire. Le montant de la rente sera calculé en fonction de l’âge du bénéficiaire au moment où elle prend effet. Si le bénéficiaire est très âgé, la rente sera très élevée. Cette décision doit être mûrement réfléchie puisqu’elle est irréversible.

La fiscalité des retraits

Lorsqu’une personne décide de retirer de l’argent sur son assurance-vie, la question de la fiscalité surgit. Il faut alors savoir que :

  • si le contrat date de moins de huit ans, le montant des intérêts peuvent être soit rajouté au revenu imposable soit assujetti à un prélèvement forfaitaire libératoire
  • si le contrat date de plus de huit ans, les intérêts acquis peuvent être soit rajoutés au revenu imposable soit soumis à un prélèvement libératoire de 7, 5 %. Dans les deux cas, le bénéficiaire jouit d’un abattement de 4 600 € et de 9 200 € pour un couple

Pour éviter l’impôt, faire des retraits annuels est avantageux.

Quelques mots sur l’avance

L’avance est une sorte de prêt que l’assureur peut consentir à l’assuré. Ce dernier ne pourra toutefois retirer que les 80 % de son épargne s’il s’agit de contrat en euros et 60 % s’il s’agit de contrat en unités de compte. Le montant dépendra également de l’ancienneté minimale du contrat et du montant minimum de l’épargne. L’avantage avec l’avance c’est qu’il n’affecte pas du tout le capital qui continuera alors de produire des intérêts. Elle a aussi un inconvénient à savoir l’impossibilité de retirer les sommes de garanties du prêt tant que la somme empruntée sous forme d’avance ne sera pas remboursée.

Quoi qu’il en soit, il est bien de savoir que le retrait d’argent sur son assurance-vie, même avant l’échéance est possible. Pour les bénéficiaires qui souhaiteraient en retirer du vivant du titulaire du contrat, le consentement de ce dernier est obligatoire.

No votes yet.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *