Des négociations à titre de complémentaire santé sont ouvertes

La négociation des salaires, des heures du travail, des droits de congés annuels, de sécurités…etc. ne sont pas les seuls points que peuvent discuter les syndicats avec les patrons. En effet, les besoins des employés évoluent, au cours du temps, d’une manière proportionnelle aux évolutions scientifiques, culturelles, hygiéniques…etc. ce qui explique, par la suite, l’évolution des thématiques du discours entre les syndicats et les chefs d’entreprises.

complémentaire santé

Des négociations à titre de complémentaire santé sont ouvertes

De nos jours, le sujet le plus discuté dans les salles de réunion des petites et moyennes entreprises est celui de l’acquisition d’une complémentaire santé pour les salariés qui ne profitent pas d’une couverture via leur société. Le nombre de personnes concernées par ce débat s’élève à 3.5 millions, l’équivalent de 40% du total des salariés en France. Alors on peut dire qu’il ne s’agit pas d’une simple négociation autour d’un sujet banal. Il s’agit, en effet, de la santé de plus que 40% salariés. C’est un point très sensible qui doit être traité avec une grande conscience dans les cours délais.

Il est à noter que les deux tiers des salariés qui ont réussi à toucher une complémentaire santé, sont ceux qui ont bien négocié leurs contrats d’embauche avec leurs supérieurs. Ces salariés, suite à l’obtention d’un contrat collectif qui garantit tous ces avantages, sont sensés de payer seulement 43% de la facture et le cotât restant sera assuré par l’entreprise où ils travaillent.

D’un côté, c’est une situation très avantageuse pour ces personnelles et les syndicats veillent à ce que ces derniers profiteront pour toujours de cet accès. Mais d’un autre côte, c’est une inégalité sociale car ce n’est pas légal que ces personnes travaillant dans des grandes entreprises puissent bénéficier de telle facilité alors que les autres employés qui travaillent dans des petites et moyennes entreprises ne sont pas concerné par cet accès.

A ce sujet, la CFDT a pour objectif de généraliser ce profit pour que tous les employés des petites et moyennes entreprises qui sont couverts par une assurance individuelle ou une mutuelle puissent bénéficier d’une telle complémentaire de santé. Ainsi, il est possible de garantir une homogénéité au niveau des couvertures des cadres et des non-cadres qui aura certainement une influence positive sur les relations interpersonnelles.

Une telle décision qui concerne l’égalité sociale entre les différents niveaux hiérarchiques sera certainement approuvée par tous les membres du conseil sauf que son opérationnalisation ne sera pas dans les courts délais puisqu’elle est aussi couteuse. Elle va coûter une grosse somme de deux à quatre milliards d’euros puisque le nombre des salariés qui ne profitent pas encore de cet accès est très élève, 40% du total des salariés. Alors il faut avoir de la patience et attendre les bons délais pour pouvoir généraliser la complémentaire de santé car se précipiter et faire des ennuis ne seront pas au profit des salariés concernés par ce sujet.

Lors d’un conseil exécutifs, le Medef va donner sa réponse et il va préciser tous les détails nécessaires pour donner au public une idée claire sur ce qu’on appelle une complémentaire santé et comment cette dernière va être appliqué et avec quel taux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *