Le marché immobilier sort de sa léthargie

Achat immobilierCes dernières années, on ne peut pas dire que le marché immobilier était au beau fixe. Le premier signe d’amélioration s’est toutefois fait ressentir depuis le début de l’année 2015. En effet, si en 2014, il fallait environ sept mois pour que les acheteurs se décident, depuis janvier 2015, ce délai est descendu à quatre mois. Pour les professionnels, c’est un signe qui montre que l’immobilier est en train de sortir de sa léthargie.

De bonnes conditions d’achat

Cet éveil du marché immobilier est favorisé par :

  • Des taux de crédit historiquement bas
  • Des prix qui ne cessent de baisser sur le marché de l’ancien
  • L’élargissement de l’accès au PTZ (prêt à taux zéro) sur le marché du neuf

Une étude menée par le Crédit foncier

Le Crédit foncier a mené une étude sur le marché immobilier et c’est ainsi qu’il a découvert que si au printemps 2014, les particuliers avaient besoin de sept mois pour se décider à acheter, aujourd’hui, il ne leur faut plus que 4,4 mois pour trouver leur résidence principale. Et c’est la même chose dans tous les départements français. L’étude a été menée sur 3 800 ménages. Les résultats ont démontré que :

  • Douze mois après le début de recherches, 67 % des personnes sondées ont emménagé dans leur nouvelle maison contre 54 % en 2014
  • 20 % sont encore en quête d’un bien immobilier
  • 13 % ont abandonné les recherches contre 19 % en 2014

En ce qui concerne la quête de logement, le Crédit foncier a remarqué que les habitants du nord ont plus de chances de trouver un logement dans leur budget et correspondant à leur goût par rapport à ceux du sud.

Négocier le prix

L’étude a aussi permis de découvrir que la possibilité de négocier le prix de vente est un critère important pour le dégel du marché. Ainsi, 63 % des nouveaux acquéreurs ont réussi à obtenir une réduction d’environ 7 % qui équivaut à 4 000 euros par mois. Les meilleurs négociateurs sont les acquéreurs âgés de 41 à 50 ans.

D’éventuelles concessions

Si la durée pour trouver une maison s’est réduite, c’est aussi parce que la plupart des acquéreurs ont dû faire des concessions. L’étude a démontré que quatre personnes sur dix (61 %) ont dû réviser leur projet de départ pour avoir un toit plus rapidement. Ainsi :

  • 39 % ont acheté une maison plus petite que prévu
  • 36 % ont acheté une maison plus loin que la région où ils voulaient acheter
  • 23 % ont dû débourser un peu plus : 34 % d’entre eux ont puisé le surplus dans leurs économies tandis que 33 % ont augmenté les mensualités à payer

Une bonne nouvelle pour les professionnels

Cette fluidité du marché est une excellente nouvelle pour les professionnels. Malgré cela, ils voient encore l’avenir d’une manière incertaine puisque les taux des crédits immobiliers qui étaient au plus bas semblent remonter doucement la pente et égaliser petit à petit l’OAT qui vaut actuellement 1,20 %. Une hausse est donc à attendre pour les prochains mois, mais selon Nicolas Précourts, cette augmentation ne devrait pas entraîner de trop grands changements. De ce fait, le marché immobilier continuera à sortir de sa torpeur, un fait favorisé par le souhait des Français de devenir propriétaire de leur logement pour ne plus avoir à payer des loyers ou en prévision de la retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *