Les bilans de la tempête Xynthia 2010 aux Côtes d'Armor - Assurance, Assurance Habitation - Assurance Mutuelles

Les bilans de la tempête Xynthia 2010 aux Côtes d’Armor

(Mis à jour le: 25 juin 2015)
Evaluer cet article

La tempête Xynthia, un bilan final après deux ans

Il a fallut deux ans pour que les communes Plérin, Hillion et Yffiniac sinistrées par la tempête Xynthia pour dresser un bilan final des dégâts de la catastrophe naturelle.
En effet, lors de la soirée qui sépare le 27 et le 28 février 2010, la tempête Xynthia a frappé fort sur les Côtes-d’Armor déjà gorgées d’eau. Des multiples interventions des pompiers dans ces communes sinistrées, les dégâts inégalés et les eaux ont rempli les maisons et les demeures des habitants.

La tempête Xynthia 2010


Les bilans sont très lourds !
A Pèlerin les dégâts sont estimés à 175.000 euros. Ronan Kerdraon, le maire de Plérin a déclaré que « ce sont surtout le Légué et les Rosaires qui ont été touchés, notamment avec les terrains de tennis saccagés». Les contrats d’assurances ne couvrent pas ce type d’intempéries et la municipalité plérinaise ne sera dédommagée que de 20.000 euros. «Ce sont les Plérinais touchés par la catastrophe qui en ont bénéficié. Pour la municipalité, ça a été plus compliqué», indique Ronan Kerdraon.
Dans la commune d’Yffiniac, les dégâts, entre la piste d’athlétisme, le terrain de football, la salle omnisports et le pont de Pompin, sont estimés à 450.000 euros. Michel Hinaulit, le maire de la ville a souligné que la municipalité a« touché 175.000 € pour le complexe sportif et 185.000 € pour le pont. Au total, il est resté 100.000 € à notre charge».
Le maire d’Yffiniac s’estime chanceux par la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, «cette reconnaissance était capitale pour les habitants afin qu’ils soient bien remboursés. Pour nous, cela a été important au niveau de la salle omnisports».
Hillion est la 3ème commune gravement touchée par la tempête. Yvette Doré, le maire de la ville a affirmé que : «Nous n’avons pas fait de demande d’indemnisation puisqu’aucun équipement public n’a été endommagé. Ici, ce sont 57maisons situées aux Grèves qui ont été frappées».

Un système d’alerte

Ces communes sinistrées ont décidé de mettre en place un nouveau système d’alerte. «Parce que, hormis ça et consolider les digues communales, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Désormais, nous sommes avertis par la préfecture sur nos téléphones portables alors que pour Xynthia, c’est un fax qui a annoncé la tempête le samedi après-midi, à la mairie. Nous sommes mieux armés pour prévenir la population et la police municipale», estime Ronan Kerdraon.
De nouvelles lois de constructions ont été mises en place par exemple «à Yffiniac, il n’y a plus de possibilité de construire sous une côte de 7,70m par rapport au niveau de la mer. La plus forte marée culmine à 6,70m et nous avons décidé de rajouter une surcote d’un mètre» assure Michel Hinault.  Selon Yvette Doré, «depuis Xynthia, nous avons dû nous prononcer sur une seule demande de permis en zone inondable. C’était pour un garage, nous avons dit oui, mais cela aurait été impossible pour une pièce d’habitation en rez-de-chaussée».

Une pensée sur “Les bilans de la tempête Xynthia 2010 aux Côtes d’Armor

  • 1 mars 2012 à 7 h 46 min
    Permalink

    Deux ans déjà?!Je me rappelle de cette catastrophe, j’ai de la famille là bas, on a eu tellement peur pour eux!
    Les assurances habitations sont vraiment importante pour des dédommagements de valeur et qui réduisent un peu l’impact des sinistres, quelque soit la nature…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com