L'Ordre des médecins met un plafond pour faire face aux dépassements d'honoraires - Assurance maladie - Assurance Mutuelles

L’Ordre des médecins met un plafond pour faire face aux dépassements d’honoraires

(Mis à jour le: 25 juin 2015)
Evaluer cet article

L’Ordre des médecins met un plafond pour réduire Les dépassements d’honoraires des médecins

Les dépassements des honoraires des médecins sont encadrés par la formule avec tact et mesure qui ne semble pas assez fiable puisqu’en 2011, l’assurance avait annoncé 2,3 milliards d’euros avec 24 000 médecins concernés, dont la plupart font partie du secteur 2.
Les médecins du secteur 2 ont la possibilité de fixer leurs honoraires en utilisant la formule avec tact et mesure.
Le problème varie de région à une autre, en fait, selon une enquête qui a été publié au mois d’avril 45% des médecins à Paris font des dépassements d’honoraires pour seulement 12% à Marseille, le taux de dépassement varie également de 11% à Cantal pour atteindre les  114% à Paris.

L'Ordre des médecins met un plafond pour faire face aux dépassements d'honoraires


La nouvelle ministre de la santé Marisol Touraine a assuré que le problème des dépassements d’honoraires serait sa priorité. Le Conseil de l’Ordre des médecins, cette institution garante de la déontologie médicale, a pour la première fois instaurée un plafond chiffré pour les dépassements acceptables en permettant aux médecins en secteur 2 de réaliser au moins 30% de leur activité au tarif opposable.
Selon le Dr Michel Legmann, président du Conseil national de l’Ordre des Médecins  il s’agit d’au «maximum 3 à 4 fois le tarif opposable en fonction de la capacité financière du malade »
Le Conseil de l’Ordre ne veut pas en contre partie suspendre tous les dépassements d’honoraires et ceci est justifié par le Dr Legmann, par le fait de ne pas réaliser une « déconnexion entre les tarifs de la Sécurité sociale, le coût de la vie et les charges économiques des structures médicales ». Selon lui, il faut tout d’abord arrêter les excès incompréhensibles comme les consultations qui dépassent les 100 euros, les poses de prothèses de hanche ou de genou qui se chiffrent en milliers d’euros
Arnaud de Broca, le vice-président du Collectif interassociatif sur la santé a signalé cependant que « certains médecins pourraient y voir une incitation à pratiquer 3 à 4 fois les tarifs sécu ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com