Achat immobilier : les tendances du marché en 2020

Devenir propriétaire : pourquoi ?

Le marché immobilier en France affiche de nombreuses disparités lorsqu’il s’agit d’investir à Paris et d’investir en province. Une étude récente du marché a permis de mettre en exergue les tendances actuelles que ce soit en termes de superficie acheté ou du profil des acquéreurs. Voici ce que cette étude a donné.

Devenir propriétaire : pourquoi ?

Devenir propriétaire est un rêve que nous poursuivons tous, mais à chaque fois pour diverses raisons. A Paris, 20 % des Parisiens décident d’acheter un bien pour investir dans l’immobilier locatif tandis qu’ils sont 14 % à avoir la même raison en province. Autrement dit, ils achètent pour pouvoir louer le bien et percevoir des loyers par mois. Mais ce n’est pas la seule raison puisque l’achat immobilier permet aussi de se constituer un patrimoine et de bénéficier d’avantages fiscaux avantageux.

Parmi les acquéreurs, il y a aussi ceux qui veulent acheter leur résidence principale et échapper une bonne fois pour toute aux loyers de plus en plus exorbitants. A Paris, par exemple, 76 % des acheteurs investissent dans leur résidence principale contre 83 % en province.

Et il y a bien sûr ceux qui peuvent se permettre d’acheter une résidence secondaire. Du côté des Parisiens, ils sont 4 % qui décident d’investir là-dedans tandis qu’en province, ils ne sont que 3 % à le faire.

Des zones de prédilection en dehors de Paris

La majorité des Parisiens décident d’acheter un bien immobilier en dehors de la capitale. Ils privilégient surtout les villes de Bordeaux, de Nantes, de Lyon et de Marseille. Les Parisiens ne sont pas les seuls à avoir un penchant pour ces villes puisque des habitants venus d’autres provinces décident aussi de s’y installer.

Pourquoi ces zones ? Parce qu’elles sont plus calmes que la grande ville parisienne tout en étant dynamique d’un point de vue travail local. Il faut aussi souligner que le prix du mètre carré y est beaucoup moins cher.

Prix moins cher en province

Prix moins cher en province

Ceci n’est un secret pour personne. Le prix de l’immobilier en province est beaucoup plus accessible qu’à Paris.

La preuve : pour environ 227 000 euros, on peut investir dans une maison de 104 000 euros en province. A Paris, il faut payer près de 388 000 euros pour un bien de 76 m².

Et il faut rajouter à ces prix-là l’assurance habitation qui coûte également plus cher dans la capitale. Il n’est donc pas surprenant si les acquéreurs privilégient de plus en plus les biens en province, là où ils peuvent investir dans une maison beaucoup plus grande.

La trentaine pour les primo-acquéreurs

La plupart des acquéreurs actuels sont âgés d’environ 30 ans.

A Paris, la moyenne est de 32 ans. Parmi les acheteurs potentiels, 80 % d’entre eux n’ont pas encore d’enfants et 60 % d’entre eux sont célibataires. Cette décision de devenir propriétaire arrive à une période où ils n’ont pas encore de charge ce qui leur permet de mettre sur la table un apport personnel plus important. Entre les acquéreurs sans charge et ceux qui en ont déjà, la différence au niveau du montant de l’apport est conséquent. Les premiers peuvent apporter jusqu’à plus de 44 000 euros tandis que les seconds apportent en moyenne 25 000 euros.

En province, la tranche d’âge moyenne des acheteurs tourne autour de 35 ans. Parmi eux, environ 19 % ont un seul enfant tandis que 31 % d’entre eux ont déjà deux enfants. Avec un salaire moyen plus bas qu’à Paris, ils sont souvent contraints de faire un emprunt pour pouvoir devenir propriétaire.

De toute façon, à Paris ou en province, souscrire un crédit immobilier est souvent un passage obligé pour tous ceux qui veulent devenir propriétaire. Dans la capitale, environ 76 % des acquéreurs doivent emprunter contre 83 % en province.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com