Assurance chômage : L’Etat prévoit une réduction des cotisations patronales

Assurance
(Dernière mise à jour : 11 juillet 2018)

Annoncé depuis 2017, le CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité de l’Emploi) sera supprimé dès le 1er janvier 2019 pour être remplacé par une baisse du taux des cotisations patronales. A l’origine, ce dispositif ne devait concerner que l’Assurance Maladie, mais il a été étendu à l’assurance chômage et à la retraite complémentaire.

La chasse aux cotisations continue pour le gouvernement Macron

Durant sa campagne électorale, le Président Emmanuel Macron a promis de supprimer les cotisations salariales d’assurance chômage. Cotisations qui s’élevaient à 0, 95 % sur le salaire des travailleurs. Une fois élu, le Président n’a pas attendu longtemps pour concrétiser sa promesse ce qui a entraîné la suppression de ces cotisations depuis le début de l’année 2018. Toutefois, pour ne pas laisser un vide au niveau social, cette suppression a été remplacée par une hausse du CSG (Contribution Sociale Généralisée). Même ainsi, cela a permis d’augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs.

Non satisfait de ce premier pas dans sa réforme du chômage, le gouvernement projette, désormais, de s’attaquer aux cotisations patronales lesquelles s’élèvent à 4, 05 % payés par l’employeur.

Assurance chômage

Une baisse des cotisations patronales en vue

Après la suppression des cotisations salariales d’assurance chômage, le gouvernement Macron projette, non pas une suppression totale, mais seulement partielle des cotisations patronales à l’Unédic. Rappelons que ces cotisations sont à la charge des employeurs et même si certains craignent une sécurité minimale qui ne serait plus proportionnelle au salaire de base, le gouvernement assure le maintien du niveau de protection et des droits.

Il faut d’ailleurs souligner que cette suppression ne va pas seule puisqu’elle sera conditionnée par la suppression du Crédit d’Impôts Compétitivité Emploi ou CICE dont le taux 2018 s’élève à 6 % contre 7 % en 2017. Ce dispositif est aujourd’hui affecté aux salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC.

Autrement dit, le trou qu’engendrerait la baisse des cotisations patronales sera comblé par le renflouement occasionné par la suppression du CICE. Les deux dispositifs se complétant, le niveau de protection pourra être maintenu à son état actuel.

Les cotisations à l’Unédic

L’Unédic est l’organisme chargé de gérer l’assurance chômage en France. C’est lui qui prélève, mensuellement, sur les salaires les cotisations salariales et les cotisations patronales dont la totalité s’élève à 6, 45 % du salaire brut dont 4, 05 % à la charge de l’employeur et 0, 95 % à la charge du salarié.

Grâce à ces cotisations, tous ceux qui se retrouvaient, involontairement, au chômage touchent une allocation dont le montant peut atteindre 72 % de l’ancien salaire. L’allocation ne sera toutefois versée qu’à partir d’un certain seuil de cotisations versées.

Avec la réforme chômage du gouvernement Macron, les cotisations salariales ne sont plus d’actualités puisqu’ont été remplacées par une hausse du CSG tandis que les cotisations patronales seront, sous peu, allégées suite à la suppression du CICE.

 

 

Pas encore de vote.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *