Protège-poignets : pourquoi en porter ? - Equipement de protection individuelle, Sécurité et travail - Assurance Mutuelles

Protège-poignets : pourquoi en porter ?

(Mis à jour le: 22 août 2019)
Protège-poignets : pourquoi en porter ?
4 (80%) 4 vote[s]

Souvent présentés sous forme de bandes élastiques à enrouler autour du poignet, les travailleurs et encore moins les employeurs ne comprennent toujours pas l’intérêt des protège-poignets. Leur appellation indique pourtant que ce sont des équipements de protection individuelle destinés aux poignets. Quand faut-il en porter ? Quels sont leurs intérêts ? Et comment bien les choisir ?

Quand porter un protège-poignet ?

Le protège-poignet vise à atténuer la pression que subissent les poignets et à mieux les stabiliser. Sous l’effet d’un effort intense et répétitif, les tendons, les nerfs et les muscles à ce niveau peuvent effectivement en souffrir ce qui peut entraîner une douleur plus ou moins vive, une enflure ou une inflammation. Lorsque cela survient, le travailleur ne peut remplir correctement les tâches qui lui sont confiées ce qui engendre une baisse de productivité.

Ainsi, dès lors que l’opérateur doit beaucoup solliciter ses poignets, il est important de lui fournir des protèges-poignets performants afin que les tendons et nerfs restent bien en place.

Découvrez ici toute la gamme de Maintien et protège poignet.

Pourquoi porter un protège-poignet ?

Protège-poignets

Depuis quelques années, de nombreux travailleurs se plaignent d’avoir mal aux poignets. Cela est souvent relié à :

  • des mouvements répétitifs en continu
  • des postures pénibles
  • une sollicitation importante de la main ou du poignet
  • un travail qui ne permet pas de récupérer suffisamment après les mouvements pénibles

Dans les premiers temps, la douleur que cela occasionne peut disparaître le soir une fois à la maison, mais au fil du temps, elle va persister que ce soit durant le travail ou après le travail. Certains travailleurs se plaignent même de ressentir la douleur en permanence et de manière assez vive.

A ce stade-là, on parle de Troubles musculo-squelettiques liés au travail ou TMLST. Ces troubles peuvent se présenter différemment d’un travailleur à un autre, mais lorsqu’ils visent le poignet, soit on a affaire à une tendinite soit à un syndrome du canal carpien soit à une ténosynovite.

Plus de 50 % des TMLST enregistrés chaque année concerne le poignet et dans la majorité des cas, cela se présente sous forme de syndrome du canal carpien.

Tous les deux sont causés par des mouvements répétitifs au niveau du poignet, mais leurs symptômes sont différents. La tendinite se traduit le plus souvent par une douleur plus ou moins intense, une enflure au niveau du poignet, une faiblesse du poignet qui n’est plus aussi performant qu’avant et une sensation de brûlure au niveau de la zone touchée.

Le syndrome du canal carpien se traduit par une douleur plus ou moins vive, des picotements, un engourdissement, une sècheresse de la paume de la main, des sensations de brûlure et une fonte des muscles situés à la base du pouce.

La ténosynovite, quant à elle, se traduit par l’inflammation de la gaine des tendons. En plus de générer de la douleur, cela va réduire les mouvements des tendons et donc de la main ou du poignet.

Dans l’un ou l’autre des cas, le protège-poignet aide à réduire les risques de TMSLT du poignet puisque cet équipement maintient la zone de manière ferme et lui évite de bouger ou de se frotter avec les zones environnantes. Il va également servir de support ou de renfort quand le travailleur doit s’appuyer sur sa main et ainsi faire basculer tout son poids sur les poignets..

Comment se développent les TMSLT du poignet ?

équipements de protection contre les Troubles Musculo-Squelettiques

Afin de prendre les précautions nécessaires, il est important de comprendre comment se développent les troubles musculo-squelettiques du poignet. D’une vue globale, cela provient soit d’une lésion des tendons soit d’une lésion des nerfs.

Au niveau de la main, les tendons sont encerclés dans des sortes de gaines lesquelles se composent de cellules produisant du liquide synovial. Ce liquide est un lubrifiant naturel pour les tendons. Quand la main réalise des mouvements trop intenses ou répétitifs, la production de liquide peut ne plus suivre la cadence ce qui fait que les tendons vont directement se frotter à leur gaine. Cela va évidemment engendrer les symptômes de la tendinite.

Quand la tendinite n’est pas traitée assez tôt, un tissu fibreux va finir par se former au niveau des gaines et les épaissir. Cela va limiter les mouvements de ces gaines tendineuses et engendrer une inflammation. C’est ce qu’on appelle ténosynovite.

En ce qui concerne le syndrome du canal carpien, il est plus relié aux nerfs qu’aux tendons. Il faut comprendre que suite à des mouvements répétitifs et des postures, les tendons vont enfler et comprimer le nerf médian au niveau du poignet. Lorsque la compression s’intensifie et n’est pas traitée correctement, le nerf va s’affaiblir et engendrer les symptômes tels que picotements, engourdissement, sècheresse de la peau, ralentissement de la circulation sanguine, …

Comment réduire les risques de souffrir d’un TMSLT au niveau du poignet ?

Pour que les travailleurs ne souffrent pas de troubles musculo-squelettiques au niveau du poignet, l’employeur devrait commencer par repenser les travaux à faire et réduire, voire supprimer les postures pénibles et répétitives.

Quand cela n’est pas possible, il devrait, au moins, essayer de réduire l’intensité des mouvements ou d’envisager une rotation de travail pour que ce ne soit pas toujours les mêmes travailleurs qui subissent ces pénibilités.

Mais même dans ce cas-là, il devra planifier des exercices avec un physiothérapeute pour que ce dernier puisse aider les travailleurs à assouplir leur poignet et à réduire les tensions musculaires. Et ce n’est pas tout ! Il devra aussi fournir des équipements de protection individuelle à chaque salarié comme les protèges-poignets.

Bien choisis, ces derniers atténuent la pression au niveau du poignet et limitent les mouvements des gaines tendineuses. Comme elles vont rester plus stables, le risque de frottement tendon-gaine est réduit et par voie de conséquence, les risques de tendinites, de ténosynovite et de syndrome du canal carpien.

Par ailleurs, il faudra programmer des formations aux travailleurs pour que ces derniers assimilent bien les exercices d’assouplissement et maîtrisent bien le port des protège-poignets. Ces formations visent aussi à les conscientiser et à mieux les responsabiliser afin d’éviter les TMSLT du poignet.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou http://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com