Assurance véhicule volé : ce qu’il faut savoir

Assurance véhicule volé : ce qu’il faut savoir

La plupart des conducteurs sont pris au dépourvu au moment où ils se font voler leur voiture. Chaque année, on compte près de 200 000 vols de véhicules en France, ce qui implique qu’il est nécessaire de souscrire une assurance spécifique couvrant ce genre d’événement. Grâce à la garantie vol, vous pourrez bénéficier d’une indemnisation, à condition que vous ayez respecté quelques principes réglementaires. Qu’est-ce que la garantie vol et dans quels cas entre-t-elle en jeu ? Quelles sont les démarches inhérentes à l’indemnisation ?

Garantie Vol

 

Plusieurs moyens peuvent être mis en œuvre pour ôter une voiture des mains de son propriétaire : agression, arnaque ou encore effraction…Une liste des cas où la garantie vol entre en jeu a été dressée par la FFSA. En premier lieu, il y a l’effraction, auquel cas le conducteur constate par surprise qu’il s’est fait voler son véhicule. Le « vol de véhicule après effraction » peut également concerner une voiture qui a été volée puis retrouvée plus tard, dans un certain état de détérioration. D’autre part, si quelqu’un tente de voler une voiture par effraction, il doit y avoir des indices, comme des serrures forcées. Il se peut aussi qu’un malintentionné détourne un véhicule, ce qui s’apparente à de l’escroquerie (exemple : cas d’un véhicule emprunté et qui n’est pas remis à son propriétaire). Enfin, il y a le vol par agression.

Lire aussi L’assurance auto après un orage

Normalement, une assurance auto classique ne concerne que la couverture responsabilité civile du conducteur. Il faudra donc souscrire à une protection bien distincte à travers une extension de garantie. Néanmoins, ce genre de garantie ne s’applique que sous certaines conditions et dans le respect de mesures préventives. Il se peut par exemple que l’assureur impose que le propriétaire installe des dispositifs anti-effraction sur son véhicule (alarme, anti-démarrage, …). D’autre part, un comportement « prudent » peut être requis, autrement dit, le propriétaire doit tout faire pour réduire les risques. En effet, un défaut de prise de précaution de la part de l’assuré peut jouer en faveur de l’assureur et lui faire perdre son droit à l’indemnisation.

Par ailleurs, il existe d’autres extensions de garanties possibles, comme la protection contre le vandalisme, le vol des effets contenus dans le véhicule, le vol des accessoires de la voiture ou encore la prise en charge des frais assortis au vol (comme mise en fourrière une fois le véhicule trouvé).

Quelles démarches ?

Il y a deux sortes de démarches : celles que l’on effectue auprès des forces de l’ordre et celle auprès de l’assureur.

Dans un premier temps, dès constatation du vol, le propriétaire doit en faire la déclaration auprès des autorités policières et déposer une plainte. De cette façon, la voiture sera inscrite au fichier des véhicules volés, ce qui va permettre d’accélérer les recherches.

D’autre part, le propriétaire devra se rendre chez son assureur et déclarer le vol dans un délai de deux jours ouvrés suivant les faits. En cas de non-respect de ce délai, l’indemnisation peut être réduite, en particulier si cela est préjudiciable pour l’assureur.

Une demande d’indemnisation sera ensuite transmise à l’assureur, accompagnée du récépissé de dépôt de plainte et d’autres pièces justificatives.

Il serait aussi intéressant de se rendre au service des cartes grises pour leur faire part des vols, afin d’éviter que le voleur puisse revendre le véhicule en toute quiétude.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *