Tronçonneuse : faut-il une assurance pour l’utiliser ?

4.5/5 - (4 votes)

La tronçonneuse est un appareil que beaucoup de travailleurs dans les forêts et espaces verts ont en commun. Bûcherons, élagueurs, paysagistes … ils sont nombreux à le manipuler chaque jour et malheureusement, les accidents qui s’y réfèrent le sont également. Souscrire une bonne assurance permet aux professionnels des travaux forestiers de bénéficier d’une meilleure couverture en cas d’accidents. Quelles formules choisir ?

La responsabilité civile professionnelle

La responsabilité civile professionnelle pour utiliser une tronçonneuse

En tant que professionnel, l’assurance responsabilité civile professionnelle est la première formule que vous devez souscrire. Aussi appelée RC Pro, elle couvre les dommages, les fautes, les erreurs ou les préjudices que vous ou votre équipe, causez aux tiers durant la manipulation de la tronçonneuse (ou de tout autres matériels dangereux) dans le cadre de vos activités professionnelles. Pour être plus précis, elle couvre les conséquences pécuniaires des dommages corporels, matériels et immatériels causés aux tiers.

La garantie des biens matériels

La tronçonneuse est un appareil dangereux qui coûte cher. Même si elle est performante, sa taille assez réduite vous permet de l’emporter partout où vous êtes amené à travailler. Pour la couvrir des dégradations, des vols ou des dommages, l’ajout d’une garantie des biens matériels sur votre contrat de multirisque professionnel est conseillé. Durant la souscription du contrat, informez votre assureur du fait que vous allez devoir transporter le matériel avec vous selon vos sites d’intervention. Votre compagnie d’assurance pourra alors adapter les garanties à souscrire selon les contraintes de votre métier

Lire aussi – Protéger ses biens matériels

L’assurance multirisque professionnelle

Si vous êtes à la tête d’une entreprise spécialisée dans les travaux forestiers ou travaillez dans ce domaine en tant que professionnel indépendant, la souscription d’une assurance multirisque professionnelle est conseillée. Cette dernière couvre vos locaux professionnels et vos outils de travail contre différents sinistres. Elle permet de protéger votre patrimoine pour qu’en cas de sinistre, vous disposiez des fonds nécessaires pour reprendre vos activités au plus vite.

L’assurance multirisque professionnelle inclut la RC Pro et l’assurance RC exploitation. D’autres garanties peuvent y être ajoutées selon vos besoins. On peut notamment citer :

  • La garantie des biens matériels
  • La garantie local professionnel et commercial
  • La garantie bris de machine
  • La protection financière
  • La garantie protection juridique professionnelle
  • La garantie matériel informatique …

En gros, elle vise à protéger vos biens et votre activité professionnelle en cas de sinistre. Il est important de choisir les garanties en fonction de l’envergure de votre entreprise et des travaux réellement exécutés.

Lire aussi – Assurer son matériel de jardin : faut-il assurer son motoculteur et sa tondeuse ?

La prévoyance et l’assurance invalidité

Manipuler une tronçonneuse vous expose à de nombreux risques importants. Cela peut aller des petites coupures à un accident mortel. Certains accidents peuvent aussi vous rendre invalide (donc dans l’incapacité de travailler) de manière temporaire ou pire encore, définitive. Pour se protéger de ces éventualités, souscrire une assurance prévoyance et/ou une assurance invalidité est fortement conseillée.

Ces contrats vous permettent de maintenir un niveau de vie raisonnable après l’accident, car un arrêt de travail signifie forcément une perte (partielle ou totale) de revenus. En cas de décès du travailleur, la prévoyance verse une rente ou un capital au conjoint survivant et à ses enfants.

A lire – Les différents types de contrats de prévoyance

La complémentaire santé

Si vous dirigez votre entreprise spécialisée dans les travaux forestiers et que vos employés doivent utiliser régulièrement une tronçonneuse, vous avez l’obligation de souscrire une complémentaire santé d’entreprise. Cette dernière permet à vos salariés de bénéficier d’une meilleure prise en charge médicale en cas d’accident durant l’exercice de leurs fonctions.

Dans le cas où vous travaillez à votre compte, avoir une bonne complémentaire santé est aussi essentielle.

Pour rappel, la complémentaire santé complète la prise en charge de la Sécurité sociale. Autrement dit, elle couvre (en partie ou en totalité) le reste à charge non remboursé par la Sécu.

Lire aussi – Mutuelle santé : quels sont vos réels besoins ?

La protection juridique

En cas de litiges causés par la manipulation de tronçonneuse, la garantie protection juridique professionnelle vous permet d’être représenté et défendu durant la procédure de justice. Elle couvre déjà les honoraires d’avocats.

Cette garantie entre en scène que vous soyez le demandeur ou le défendeur dans la procédure de justice. Dans le premier cas, vous faites appel à la justice pour obtenir réparation auprès d’un tiers lorsque vous jugez avoir subi un préjudice. Dans le second cas, vous vous défendez contre l’accusation d’un tiers suite à un dommage dont vous êtes responsable. Dans les deux cas, la garantie protection juridique a pour objectif de vous aider à trouver une solution amiable avec la partie opposée.

Les EPI et les bons gestes à adopter pour utiliser une tronçonneuse

Les EPI et les bons gestes à adopter pour utiliser une tronçonneuse

Pour rappel, la tronçonneuse est un appareil servant à abattre un arbre, à élaguer des branches et à débiter du bois. Puissante et coupante, elle occasionne chaque année de nombreux accidents dont certains sont mortels. Il peut s’agir de coupures plus ou moins graves ou de blessures réellement graves mettant en danger la vie de son utilisateur et des personnes alentour. Les assurances permettent de couvrir les dommages qu’elle peut occasionner, mais elles ne suffisent pas.

En savoir plus sur la tronçonneuse

Bien avant les contrats d’assurances, les personnes devant manipuler une tronçonneuse doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour réduire les risques. Cela passe par l’utilisation d’EPI (équipements de protection individuelle) adaptés et par l’adoption de bons gestes.

Les EPI à adopter pour utiliser une tronçonneuse

Pour renforcer la sécurité du travailleur, le port des équipements suivants sont obligatoires :

  • Un casque pour se protéger la tête des chocs et des chutes de branches.
  • Lunettes de protection et écran facial pour se protéger le visage d’éventuelles projections.
  • Bouchons antibruit et protège-oreilles pour réduire le bruit de l’appareil et ainsi protéger l’audition des salariés.
  • Gants anti-coupures et antidérapants pour une meilleure tenue de l’appareil, pour réduire les vibrations et pour protéger les mains des éventuelles coupures et des intempéries.
  • Pantalon de sécurité : il s’agit d’un pantalon anti-coupure qui protège surtout les jambes, principalement exposées aux coupures. Le vêtement est composé de fibres synthétiques spécialement conçues pour bloquer la chaîne de la tronçonneuse. On trouve aussi des combinaisons anti-coupure.
  • Chaussures de sécurité anti-coupures dotées de coques en acier et de semelle à crampons. La coque protège les pieds contre les écrasements tandis que les crampons évitent les glissages.

A part ces EPI, le travailleur doit avoir à sa portée une trousse de premiers secours et un coussin hémostatique ayant pour but de limiter le saignement en cas de blessures profondes.

En cas d’accident, s’il est avéré que vous n’avez pas fourni d’EPI à vos salariés, vous pouvez être poursuivi pour « faute inexcusable de l’employeur ». Pour s’en protéger, certaines compagnies d’assurance proposent la garantie de la faute inexcusable à rajouter sur le contrat de multirisque professionnel.

Les bons gestes à adopter pour utiliser une tronçonneuse

A part les garanties d’assurances et les EPI, le travailleur lui-même doit être bien conscient des risques auxquels il est exposé durant l’usage d’une tronçonneuse. Cette prise de conscience doit le pousser à adopter diverses précautions telles que :

  • Suivre une formation avant d’utiliser cet appareil : contrairement aux rumeurs, avoir le permis tronçonneuse n’est pas obligatoire pour en utiliser, mais est conseillé. A défaut de décrocher le permis, suivre une formation est fortement recommandé pour apprendre à maîtriser la tronçonneuse. Savoir l’utiliser ne suffit pas. Le travailleur doit aussi savoir repérer et utiliser les dispositifs de sécurité tels que le frein de chaîne, l’anti-rebond, le blocage de l’accélérateur …
  • Préparer le chantier avant d’intervenir pour réduire les risques. Il faut aussi tenir compte des éléments extérieurs avant d’opérer, car certains d’entre eux peuvent réduire vos réflexes ou la visibilité. C’est notamment le cas de la pluie, du vent, du froid ou des fortes chaleurs.
  • Prévenir un collaborateur de l’usage de la tronçonneuse et du lieu d’intervention. Assurez-vous d’avoir un dispositif pour joindre les autres ou pour que les autres puissent vous joindre à tout moment.
  • Toujours garer la voiture à proximité et dans le sens du départ pour pouvoir quitter rapidement les lieux en cas d’accidents.
  • Ne jamais porter des vêtements amples durant la manipulation de l’appareil, car ils peuvent gêner les mouvements ou être pris dans la chaîne de la tronçonneuse.
  • S’assurer que les autres personnes se trouvent à plus de 3 m de vous lorsque vous utilisez la tronçonneuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Pour voyager, prennez une assurance et privilègier : l'aviation ou https://www.yacht-zone.com

Nos partenaires : Agence pour la création : webmarketing-seo.fr , Pour la rédaction : Redigeons.com